Nous avons quitté le Laos après presque 2 mois, non pas pour les belles montagnes du Yunnan ou les steppes mongoles comme prévu initialement, mais pour la Thaïlande, avec un certain nombre d’aprioris…

Dès le passage de la frontière, on s’aperçoit vite que le développement économique est supérieur. Le pays n’est pas communiste comme ses 3 voisins mais aussi patriotique avec des drapeaux partout. Les photos du roi sont également omniprésentes. Les routes et les paysages nous rappellent curieusement la Nouvelle Zélande (par la flore, les longues lignes droites, la signalétique routière et aussi le fait que l’on roule de nouveau à gauche) avec une différence notable : il fait 20° de plus ! Les gens sont plus indifférents qu’au Laos mais ce n’est pas désagréable de ne plus être pris pour des extra-terrestres. Ils sont cependant très gentils et Ulysse a toujours autant de succès. Nous avons rejoint la ville de Chang Mai, dans le nord, avec plein de chouettes moments ; une journée de route avec Maeva, partie en vélo pour une durée indéterminée, une nuit dans un temple bouddhiste (sympa le réveil à 5h avec le gong), l’accueil chez John, un drôle d’anglais qui cultive des légumes bio, 2 jours au Resort de Paulo et Jean-Jacques (où nous étions seuls pour profiter de la piscine et écouter l’analyse de Paulo sur la France et les français…), la rencontre de Xavier qui a sillonné une partie du monde à vélo et qui nous propose de nous héberger, ou encore le court et sympathique moment passé avec Julien, également cycliste, qui bosse pour une petite ONG avec un investissement personnel impressionnant.

Nos papilles se régalent de fruits (des ananas à tomber par terre) et légumes sautés (relevés avec sauce aux huitres, soja, lait de coco et un peu de sucre, un délice !). Chang Mai est massivement investi de touristes, ce que l’on craignait vraiment en Thaïlande, mais le vélo, toujours lui, est là pour nous emmener sur des chemins de traverse.

Après l’avion, le bus, le camion puis le bateau, nos vélos vont voyager en train pour nous rendre au sud de Bangkok le long de la côte Est. 28h de train (dont 7 h de retard), une autre expérience !

A Hua Hin, nous avons enfourché de nouveau nos vélos pour descendre plus au sud. Nous avons passé 2 jours dans un centre de vacances de l’église protestante thaïlandaise (les chrétiens représentent 1% de la population) où se déroulait une rencontre de jeunes. On a participé avec plaisir aux débuts de veillée avec jeux et chants (Pierre et Annabelle, on a trouvé vos homologues Thai !!!) mais la conférence en Thai sur la spiritualité a eu moins de succès !

L’ambiance bord de mer invite vraiment au farniente mais la chaleur insoutenable nous oblige à nous adapter. Nous avons essayé de camper pour réduire le budget, mais après une nuit à perdre des litres de flotte, nous avons renoncé. On décide finalement de partir le matin à 6h où il fait déjà 25 à 28°C, pour s’arrêter à midi (un petit 48°…). Certains manquent de soleil et de chaleur, d’autres en ont trop…Les baignades dans la mer sont comme un bain chaud, la mousse en moins. Les enfants sont ravis…. Ils peuvent rester dedans aussi longtemps qu’ils le veulent, nous un tout petit peu moins car on ne se rafraîchit même pas (on ne va quand même pas trop se plaindre) ! Ulysse a fait de gros progrès et il a beaucoup moins peur de l’eau.

Les petites routes (de Prachuap Khirikhan à Chumphon pour le bateau) qui suivent la côte sont sympas, hormis les chiens sauvages qui semblent se reproduire comme des lapins et qui n’ont pas la nonchalance des chiens laos. On expérimente différentes techniques pour éviter de se faire courser ! Il y a des resort et hôtels de luxe partout, quasiment vides. On se demande comment ça tourne.

On projette de passer quelques jours sur une île (Ko Tao), histoire de voir quelques fonds marins puis retour sur Bangkok avant le départ pour la Turquie, où on amorcera doucement notre retour à la maison...