A dos de vélos

To content | To menu | To search

Monday 19 August 2013

Respirer, sourire, s'émerveiller et remercier!!!

Petit clin d’œil !...

Que dire au bout de ces quelques 9500 km ?

Clairement, ce fut bon… Vivre dehors, chevaucher le vélo (presque) tous les matins avec toujours ce vent de liberté, pas de téléphone, de factures, d’agenda, de RDV, de ménage, quel bonheur !



Manger par terre ou camper ne nous a jamais gênés, hormis les 3 mois où nous avons dormi tous les 4 dans la même tente, le strict minimum et le manque apparent de confort n’a jamais été un problème. Nous n’avons pas eu de souci de santé, hormis la dengue, en raison d’une bonne immunité liée à la vie active en pleine air et une alimentation plus saine. Nous avons beaucoup aimé la nourriture asiatique, malgré son manque de variété, pas de produits laitiers, peu de sucre, beaucoup de légumes cuits, des fruits succulents. Nous avons expérimenté à quel point nous mangions trop avant de partir. En vélo, il faut porter, donc on achète le strict nécessaire, et ça suffit. Mais dès qu’il y a abondance, on se lâche… Les habitudes sont difficiles à changer, mais on est motivé pour manger différemment : pour se sentir mieux, et faire un pied de nez (à notre petit niveau) à l’industrie agro-alimentaire.

Les difficultés n’ont pas été là où on les attendait. Sandfly en Nouvelle Zélande et moustiques ailleurs nous ont bien pris la tête. Le plus dur fut les conflits parfois violents avec l’un de nos fistons. Voyage certainement trop long, ras le bol du vélo, et surtout… des parents. Il nous a fallu beaucoup parler, nous adapter, changer nos plans, parfois nous disputer en raison d’un désaccord sur la manière de réagir. Et espérer que cette ouverture sur le monde laissera des traces durables et positives.



Nous avons le sentiment d’avoir plutôt bien réussi à vivre le présent, à profiter du chemin, des rencontres, de la nature, à ne plus avoir peur de ne pas savoir où dormir. Chaque petite galère fut suivie d’une belle expérience. Le défi à venir sera de garder cet état d’être dans notre nouveau quotidien qui s’annonce d’emblée plus difficile ! En déballant nos cartons, nous nous demandons que faire avec tout ça… « Privilège » du riche…

Quant à la petite reine, elle nous a enchantés : c’est pour nous le plus merveilleux moyen de voyager. Nous lui devons nos plus beaux souvenirs. Et on recommencera, c’est certain. Merci infiniment à vous tous qui nous avez suivis, encouragés, retrouvés, y compris dans le silence, et surtout à tous ceux que nous avons croisé sur notre chemin, nous leur devons de merveilleux instants.

Pas de grands bouleversements, mais des petits changements plus subtils. A suivre !

Merci la Vie…

l'arrivée

Ces derniers km ont été vécus bien différemment par les différents protagonistes. Les enfants étaient ravis de rentrer, depuis le temps qu’ils attendaient ce moment… Quant à nous…

Sur la plaine du Treige, nous avons été doublés par Delphine. Retrouvailles totalement improbables. Puis par Lilian, petit copain d’Ulysse. Puis nous avons croisé Youssef…

Et nous voilà sur la place du village ce 14/08, presque 1 an plus tard. La boucle est bouclée. Il fait beau. Les enfants sont déjà en vadrouille. Leur bonheur fait plaisir à voir. Au moins une bonne raison de rentrer ! Philippe, Fanny et Laetitia sont là, puis le téléphone arabe fonctionne bien et on retrouve une bonne partie des copains du village pour papoter, boire un coup et amorcer le retour en douceur.

Le lendemain, Gabriel nous fait la surprise de venir donner un coup de main à déménager. Pendant une fraction de seconde, Véro se demande qui est ce grand gaillard. C’est incroyablement bon de se retrouver.